You are currently viewing Vins du Domaine des vignes de l’Ange vin (72)

Vins du Domaine des vignes de l’Ange vin (72)

Les vignes de l’Ange vin

https://www.podcastics.com/podcast/episode/les-vignes-de-lange-vin-a-chahaignes-72-85896/

J’ai rencontré Jean Pierre Robinot du domaine les vignes de l’Ange vin au salon des vins libres à Mittelbergheim mi juillet. J’ai été séduis pas l’amour de la vie de ce vigneron, sa positivité et l’amour de son terroir qu’il revendique avec coeur et avec tendresse.

Personnage haut en couleur, dans cette pastille il nous donne sa vision du vin naturel et son désire .

« Mon vin est d’abord de l’eau végétale, puisqu’il est le reflet de la nature. » dit il non sans un sourire bienveillant. 

Juliette sa fille reprend le flambeau avec la même étincelle dans le regard.

Tour à tour co-fondateur de la revue Le Rouge et le Blanc, puis tenancier d’établissement sur Paris; puis enfin vigneron (et photographe !) depuis 2002; Jean-Pierre est un peu comme ses vins, un personnage à facettes multiples qu’il convient d’approcher pas mal de fois sans pour autant en avoir fait le tour … Un homme passionnant et des vins qui le sont peut être encore plus; certes pas forcément à la portée de toutes et tous; mais vraiment là encore, faut y boire pour y croire .

Où ?

Chahaignes est un village du sud de la Sarthe, en vallée du Loir, aux confins de l’Anjou et de la Touraine. Jean-Pierre y est né, y a grandi et s’en éloigne à l’âge de dix-sept ans. À vingt-deux ans, il découvre le vin et ne le quittera plus. Cela passera par L’Ange Vin, un bar à vins rue Richard-Lenoir, dans le XIe arrondissement de Paris, qu’il tiendra pendant près de quinze ans.

Mais son vrai rêve, c’est d’acquérir un vignoble et de faire des vins sans soufre. Il retourne donc à Chahaignes, récupère des friches en coteau, sur de grands terroirs, ainsi que des caves troglodytes creusées dans le tuffeau. 2002 sera son premier millésime

Méthodes culturales

Jean-Pierre Robinot pratique au domaine de l’Ange Vin une viticulture biologique exigeante, sans désherbage chimique. Le sol est travaillé et amendé au moyen de composts naturels. Toutes les vendanges, pratiquées à maturité sur des raisins sains, sont faites à la main. Le lieu et la climatologie favorisent la pourriture noble. 

Vinification

Tous les vins sont sans sulfites ajoutés, sans aucun intrant et non filtrés. Les pineaux d’Aunis (rouges) ne sont jamais égrappés et cuvent longtemps, parfois un mois, avec pigeages réguliers. Ils terminent leur fermentation en barriques sur lies pendant au moins un an. Les blancs ne sont jamais macérés mais pressurés directement et lentement, et élevés au moins douze mois en fûts de chêne.

Jean-Pierre pratique beaucoup l’oxydation ménagée. Les pétillants naturels sont élevés deux à trois ans sur lattes et dégorgés à la volée. Les vins reposent dans des caves creusées dans le tuffeau à cinquante mètres sous terre : la température en hiver y est de 10 °C et, en été, ne dépasse jamais 13 °C, même quand il fait 40 °C dehors. 

Les vins

« C’est le vin de mon grand-père ! » dit-on souvent à Jean-Pierre en dégustant ses vins pour la première fois. La longue fermentation malolactique en barriques sur lies contribue à expliquer la typicité gustative de ses blancs de chenin, travaillés et complexes : une jolie plénitude en bouche, du gras, de la texture et souvent des notes de fruits blancs confits (poire, coing, pomme), de miel, d’agrumes et de fleurs blanches. L’oxydation ménagée n’est pas rare et les sucres résiduels sont toujours pertinents.

Parmi les cuvées de blanc 100 % chenin : Le Charme du Loir, Charme, L’Iris, Bistrologie. Pétillants : Fêtembulles, Les Années folles, l’As des Années folles. Rouges : Regard, Lumières des Sens, Nocturne. Camille Robinot est une grande cuvée de vieilles vignes de pineau d’Aunis. Ces vins, puissants et structurés sous leur apparente insouciance, se conservent assez longtemps pour clouer le bec à ceux qui prétendent que le « nature » ne se garde pas. Ce sont des vins à facettes : aucune cuvée ne ressemble à l’autre, et pourtant l’unité de style de l’ensemble ne fait aucun doute. Jean-Pierre est aussi photographe et réalise, en pose lente, toutes les étiquettes de ses bouteilles.

Source article: https://www.culinaries.fr/producteur/jean-pierre-robinot-les-vignes-de-lange-vin-294

Buvons modérément, buvons libre et buvons Alsace

Inscrivez vous sur notre Newsletter:https://duraisinetdespapilles.alsace/

Laisser un commentaire